Comment ramasser les champignons ?

Equipement, technique d’observation, technique de récolte… avant de partir en cueillette, mettez toutes les chances de votre côté : quelques bonnes pratiques.

Bien s’équiper pour la cueillette des champignons

Avant de partir, soyez bien équipé.e. La cueillette au champignon est un loisir qui ne demande pas beaucoup de matériel, c’est son intérêt. L’important est d’avoir le bon équipement et les bonnes connaissances !

Pensez aux chaussures solides, fermées et étanches, pour ne pas vous faire mal aux pieds : il y aura peut-être quelques ronces et le sol sera peut-être humide. Veste imperméable ou crème solaire… à vous d’adapter en fonction de la météo, et de tout faire pour ne prendre ni froid ni chaud.

Ne vous laissez pas embêter par les petites bêtes ! Si vous cueillez en forêt, portez des vêtements couvrants les jambes et les bras. L’anti-moustique ou le répulsif contre les insectes volants est un allié, surtout lorsqu’on a des enfants.

Méfiez-vous aussi et surtout des tiques. Ne laissez pas vos jambes nues : pantalon bien fermé sur des chaussures montantes ! À votre retour, et avant de prendre une douche, inspectez-votre peau en détails, avec un miroir ou en famille pour les parties du corps qui ne sont pas directement visibles.

Enfin, le plus important est de pouvoir porter sa récolte. Préférez les paniers d’osier et les sacs rigides en toile aux sacs ou boites plastiques : sans air et plus ou moins écrasés, même les meilleurs champignons fermentent et deviennent toxiques. Ne les enfermez pas, faites-en sorte qu’ils puissent respirer.

Comment bien chercher les champignons ?

Pour ramasser les champignons, mieux vaut savoir où chercher. Renseignez-vous sur les espèces de champignons habituellement consommées dans la région. Chaque espèce se développe dans un milieu auquel elle est adaptée. Cèpes, girolles et amanites forment des mycorhizes sur les racines des arbres : vous ne les rencontrerez qu’en forêt. Selon leur source de nutriments, les décomposeurs ne se rencontreront que sur lit de feuilles mortes ou sur bois pourrissant. Les rosés des prés ne se rencontreront que dans des prairies pâturées, etc.

Près d’un ruisseau, près d’un chêne, sur une souche… apprenez à connaître les conditions de vie du champignon recherché.

Pousse-t-il de manière isolée, pousse-t-il en troupe, forme-t-il des "ronds de sorcières" ? Sachez que si vous trouvez une girolle, une trompette des morts, un pied de mouton, regardez autour, vous en découvrirez probablement d’autres, ils ne poussent presque jamais isolés. Et apprenez à reconnaître précisément toutes les caractéristiques descriptives de l’espèce recherchée. Une vague indication, comme « vous verrez, il pousse à tel endroit », ne suffit pas à l’identifier !

Comment bien reconnaître les champignons ?

Ça y est, ils sont là… mais peut-on les manger ? S’agit-il des comestibles que l’on recherche ?

Prenez le temps de bien regarder chaque champignon, d’abord sans le toucher, et de repérer les caractéristiques qui permettent de l’identifier à coup sûr.

Vous n’êtes pas sûr ? Vous ne reconnaissez pas le champignon que vous connaissez bien ? On n’est jamais trop prudent, passez votre chemin, vous en trouverez d’autres.

Comment bien cueillir les champignons ?

Ne soyez pas trop pressé.e de récolter votre trouvaille : un champignon ne s’arrache pas brutalement, mais se cueille délicatement.

Couper ou arracher ? La technique fait parfois débat mais les arguments avancés par les uns ou les autres ne sont guère fondés. Certains prétendent qu’il faut couper le pied, pour ne pas abimer le mycélium. D’autres répondent que cette coupure pourrait avoir pour effet de faire moisir les filaments et ramifications du mycélium, et de tuer celui-ci, d’autant plus si le pied a été coupé au mauvais endroit.

Les mycologues cueillent eux-mêmes les champignons en arrachant délicatement le pied du sol. Cela leur permet de bien identifier la totalité des caractères du champignon, en partie portés par la base du pied.

La bonne technique consiste à arracher doucement, sans emporter du sol, ni casser le pied du champignon. Tournez délicatement le pied du champignon sur lui-même, et, s’il reste un trou, n’oubliez pas de bien le reboucher avec quelques feuilles mortes pour perturber le moins possible la vie du sol.

Respecter l’écosystème des champignons

Enfin, une bonne cueillette est celle qui respecte l’environnement, comme l’écosystème naturel du champignon.

Ne détruisez pas les souches, ni le terrain : des êtres vivants y habitent. Ne détruisez pas l’habitat naturel du champignon, évitez de piétiner la terre de l’endroit où il pousse : le mycélium et le sol sont vivants. On ne saccage pas la végétation aux alentours du lieu de cueillette, on ne récolte pas les champignons avec un râteau destructeur de la litière de feuilles mortes et de l’humus de surface.

Ne ramassez que ce dont vous avez besoin. Ne détruisez pas les champignons que vous ne consommez pas : vénéneux ou non, ils ont leur place dans la nature.

Pour la balade, vous avez prévu de quoi boire, de quoi manger… c’est bien, mais ne laissez aucune trace de votre passage. Prenez soin de ramasser les papiers tombés, et de ne rien oublier sur place. Respectez les clôtures, les panneaux d’indication, et préférez vos pieds aux engins motorisés : la nature et les animaux sauvages apprécieront !

 

Champignons : quelle famille d'aliments ?
Quand récolter les champignons ? 
Comestibles ou non, comment reconnaître les champignons ?
Comment trouver les champignons comestibles ? 
 

 

Remonter