Image de la bannière
Pourquoi la biodiversité a varié au cours du temps ?

Pourquoi la biodiversité a varié au cours du temps ?

Contenu
Texte

La biodiversité a énormément changé au cours des millénaires. Ces évolutions ont longtemps été le fait de causes naturelles, comme des catastrophes, la modification des conditions de vie ou de micro-changements prenant des millions d’années pour se mettre en place. Mais depuis deux cents ans, l’accélération de l’érosion de la biodiversité est sans précédent et due à l’action d’un seul facteur : l’espèce humaine.

Les variations de la biodiversité au cours du temps

Le cycle naturel de tous les écosystèmes de la planète est un cycle équilibré où les espèces naissent à la même vitesse et dans les mêmes quantités que les espèces qui disparaissent. Equilibré, il est relativement stable avec peu de variations dans le temps.

Pourtant, depuis six cent millions d’années, la multiplicité des espèces varient de plus en plus, dans le sens d’un appauvrissement : les espèces disparaissent mille fois plus rapidement que si elles disparaissaient naturellement, ce qui ne laisse pas le temps à de nouvelles espèces d’apparaître.

La biodiversité a connu ses premières variations sans l’humain, provoquée par de nombreux phénomènes naturels, comme la chute d’astéroïdes, la modification naturelle du climat et des courants océaniques, des éruptions volcaniques massives…

Quelle est l’action de l’espèce humaine sur les variations de la biodiversité ?

Aujourd’hui on peut comptabiliser environ deux millions d’espèces vivantes sur la planète : les scientifiques nous rappellent qu’il pourrait y en avoir cinquante fois plus ! On estime que, dans le cycle naturel et durant des siècles, 3 ou 4 espèces disparaissaient naturellement en un an. Aujourd’hui, l’Union Internationale pour la conservation de la nature UICN a établi la proportion des espèces menacées :

  • 70 % des plantes
  • 32% des poissons
  • 30 % des amphibiens
  • 28 % des reptiles
  • 21 % des mammifères
  • 12 % des oiseaux

Différentes causes de variation

L’Homme est à l’origine de la disparition de nombreuses espèces, précipitant l’affaiblissement de la biodiversité, par ses différentes interactions avec l’environnement :

Le mode de vie non respectueux de l’environnement

Depuis l’ère industrielle et le XIXe siècle, le mode de vie des pays industrialisés est la cause de la grave crise environnementale que l’on connait aujourd’hui. Consommation excessive, émission massive de déchets, pollution de l’eau, de l’air, du sol, mais aussi pollution sonore… Nos habitudes quotidiennes, les gestes de tous les jours mettent en jeux l’environnement et menacent les être qui y vivent.

La construction et le goudronnage de routes, les modifications de paysage, l’asséchement des cours d’eau ne laissent ni le temps ni la possibilité aux habitants du milieu naturel de s’adapter : ils disparaissent alors.

Le défrichage et la déforestation

Sur la planète, d’aucuns consomment trop, alors que d’autres ont du mal à se nourrir : les pays en voie de développement doivent faire face, dans l’urgence, à des problèmes de nutrition, de logement, d’accès à l’eau potable ou encore de sécurité… Des pratiques d’agriculture intensive sont mises en place, défrichant et rasant les forêts pour exploiter plus de terrain, détruisant de nombreux écosystèmes pourtant essentiels à l’équilibre de la planète : la désertification du Sahel a été causée par le défrichage et la déforestation massive, et participe au réchauffement climatique. Surexploitation minière, commerce de bois exotique, exploitation d’eau… les ressources naturelles sont elles aussi épuisées, participant à la disparition des espèces.

Le développement des plantes invasives

Phénomène moins connu mais tout aussi important, l’invasion des « plantes exotiques » est un facteur d’appauvrissement de la biodiversité.

Les échanges du commerce mondial ont introduit dans les pays des plantes exotiques, étrangères à l’écosystème dans lequel elles vont s’installer. Dans un milieu déjà fragile, les plantes vont se développer au détriment des autres espèces, coloniser le milieu, et faire disparaitre d’autres espèces.

Cette colonisation est valable pour les plantes, comme l’arbre à papillons, comme pour les animaux, comme l’écrevisse américaine dans les ruisseaux français. Prédateurs, microorganismes… tous les êtres vivants sont touchés par la colonisation, et s’ils sont fragilisés, ils ne sauront pas s’adapter. Et une espèce qui disparaît peut entraîner avec elle, en cascade, la disparition d’autres espèces.

Toutes les espèces sont interdépendantes, c’est ça la biodiversité !