Image de la bannière
MEEDDAT

MEEDDAT

Sous-titre
Ministère de l'Ecologie, de l'Energie, du Développement durable et de l'Aménagement du territoire
Contenu
Texte

En réunissant les thématiques de l’énergie et de l’écologie, le MEEDDAT témoigne de la prise en compte du développement durable dans les politiques publiques.

L’histoire du MEEDDAT

Créé en 2007, le MEEDAT fait fusionner les fonctions ministérielles de l’écologie et de l’énergie, jusqu’alors séparées.

  • D’une part, le Ministère de l’Environnement était en charge, depuis 1971, de la protection de la nature et de l’environnement. Celui-ci est devenu le Ministère de l’Ecologie et du Développement Durable, en 2002.
  • D’autre part, le Ministère des Transports et de l’Equipement, créé en 1967, chargé de l’aménagement du territoire, de la construction de routes, de l’urbanisme et des paysages. Il a évolué suivant des réformes successives, au rythme de la prise en compte des enjeux environnementaux et sociaux de l’aménagement du territoire.

 
Face à l’épuisement des ressources naturelles, face à l’appauvrissement de la biodiversité, les thématiques de l’environnement, de l’aménagement et de l’énergie sont apparues comme liées : l’utilisation de l’énergie et l’exploitation des ressources naturelles est bel et bien une question environnementale.

Le nouveau Ministère s’inscrit dans une démarche de développement durable, avec une prise en compte de plusieurs dimensions, à la fois économiques, sociales et environnementales. Il est une réponse à la proposition du Pacte écologique de la fondation Nicolas-Hulot, en 2006.

Alain Juppé et Jean-Louis Borloo se succédèrent à sa tête, puis, Nathalie Kosciusko-Morizet : il est renommé « Ministère de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement » en 2010.

En 2012, il réintègre l’Energie au sein de ses fonctions, et devient le Ministère de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie.

Depuis 2014, le MEEDDAT est devenu le Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, avec à sa tête Ségolène Royal. 

Ses missions et son rôle pour la société

L’actuel Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer prend en charge les problématiques de développement durable dans les politiques publiques :

  • Energie et transition énergétique,
  • Prévention des risques naturels, technologiques et sécurité industrielle et nucléaire,
  • Lutte contre les changements climatiques,
  • Transports et politiques d’urbanisme, en lien avec le Ministère chargé du Logement,
  • Préservation de l’environnement et de la biodiversité. Depuis juillet 2013, le Ministère intègre notamment la direction de la pêche maritime et de l’aquaculture. Autrefois intégrée au Ministère de l’Agriculture, la question devient un enjeu de développement durable.

Les actions pour une pêche durable

Les méthodes de pêche intensive ont montré leurs limites : les ressources dites « halieutiques », c’est-à-dire les stocks de poissons et de fruits de mer s’épuisent et les écosystèmes sont dégradés. L’intégration de la question de la pêche et de l’aquaculture au sein des missions du Ministère de l’Environnement est une réponse à l’urgence : il a pour objectif de transformer l’activité de pêche en pêche durable par différentes actions.
 
Ecoconstruction, gestion des déchets, biodiversité et climat… L’environnement n’est pas le seul pôle durable du Ministère. Il joue aussi un rôle social à au travers l’amélioration de la qualité de vie et de l’égalité, autour des questions de l’accessibilité des transports, logements et infrastructures, par exemple.