Stylidium

Identifiez vous oucréez un compte pour pouvoir ajouter des documents à vos favoris

Originaire d’Australie, le genre stylidium est difficile à classer : plante carnivore ou non ? S’il existe de nombreuses caractéristiques communes. Sa classification parmi les carnivores n’est pas simple à définir.

Description botanique du Stylidium

La famille des stylidium se reconnait à la grande tige unique où poussent les fleurs, au printemps : son nom vient de « stulos », en grec, qui signifie « colonne ». En anglais courant, on l’appelle « Triggerplant » pour les petites gâchettes tenues par la tige centrale qui servent à la reproduction de la plante. Au contact d’un insecte, la gâchette jaillie en quelques millièmes de secondes pour couvrir l’insecte de pollen : celui-ci ira ensuite le déposer sur une fleur, aidant à la pollinisation.

Cette caractéristique n’a rien d’un piège fatal pour l’insecte : les stylidium savent aussi piéger mortellement les insectes par les trichomes glanduleux qui se répartissent autour de la plante. Ce sont de petites excroissances, comme des petites boules, couvertes de poils glanduleux. Une fois posé, l’insecte ne peut plus se décoller de la plante.

Il n’a été découvert que très récemment que ces trichomes produisaient une enzyme digestive comme le font les autres plantes carnivores. La plante est capable d’absorber les éléments nutritifs ainsi produits à l'issue de la digestion de la plante.

Le stylidium se comporte donc comme les plantes carnivores à piège à glu, comme les drosera ou le cephalotus. Toutefois, on ne sait pas si la plante se nourrit réellement d’insectes ou si ce mécanisme n’est qu’un moyen de défense contre les insectes qui pourraient lui être nuisibles. Cette particularité la distingue des autres plantes carnivores : Retrouvez les espèces représentatives des plantes carnivores.

Répartition géographique et milieu naturel

Le genre des stylidium rassemble près de 300 espèces, dont la majorité est endémique de l’Australie. C’est là où se trouve la plus grande diversité d’espèces du genre. On les trouve aussi dans les pays voisins, en Nouvelle-Zélande, en Tasmanie, en Océanie et dans le sud-est de l’Asie.

Les différentes variétés de la plante peuvent vivre dans des milieux plutôt divers, des plaines aux pentes rocheuses, des grandes étendues de sable aux berges qui bordent l’eau. On peut les croiser en forêt comme au bord de routes très fréquentées.

Un peu d’histoire

Le genre stylidium a été découvert en Australie, en 1770, par les botanistes anglais Banks et Solander lors des expéditions du capitaine James Cook à bord du célèbre Endeavour.

Il faudra attendre le XIXe siècle pour que les premières descriptions soient publiées par le botaniste français Charles Morren.

En 1958, Rica Erickson consacra un ouvrage au stylidium : "Triggerplant", une description détaillée de la plante, de son milieu naturel et de ses différentes formes. De nombreuses autres publications ont suivi, les recherches et les découvertes sur les spécificités des triggerplants sont toujours en cours.

Si le stylidium passionne les scientifiques, il est aussi très apprécié des amateurs de plantes carnivores car la plupart des stylidium peuvent être facilement cultivés en serre ou en jardin.

 

Découvrir d'autres espèces

 

Remonter