Qu'est-ce que la mycologie ?

 

Un peu d’histoire : la mycologie, autrefois une science botanique

[définition de la mycologie]

Longtemps, la mycologie était une spécialité de la botanique, la science des plantes

Avant d’être placés dans un « règne » à part – dans les années 70 -, le « règne fongique », les champignons étaient considérés comme des « cryptogames », plantes dites « inférieures », car démunies de chlorophylle et se reproduisant par spores.

Les premiers écrits scientifiques sur les champignons remontent à l’Antiquité. Au Ier siècle, Pline l’Ancien en fait état dans son traité naturaliste Histoires naturelles, et le médecin et botaniste grec Dioscoride présente quelques usages thérapeutiques dans son De res medica.

Ces premières « traces mycologiques » n’ont pas eu grand intérêt sur le plan scientifique. Aussi, les champignons n’ont pas eu beaucoup d’attrait pour les naturalistes pendant longtemps. Il faut attendre le XVIe siècle pour que les botanistes et les naturalistes commencent à s’y intéresser.

Au XVIIIe siècle, Jussieu sépare les champignons et les lichens des plantes. Ce premier classement indépendant est un tournant dans l’histoire de la mycologie : les études se spécialiseront de plus en plus jusqu’à arriver à la définition du « règne fongique » dans les années 1970, avec séparation stricte entre les champignons et les autres êtres vivants.

Au XIXe siècle apparaissent les premiers ouvrages exclusivement consacrés au champignons, "Synopsis methodica fungorum de Persoon", "Systema mycologicum", de Fries. "Le Sylloge fungorum omnium hucusque cognitorum" est quant à lui la toute première classification mycologique, par Saccardo : la mycologie est désormais une science en tant que telle, qui se séparera définitivement de la botanique à la fin du XXe siècle.

La taxonomie : la tâche traditionnelle du mycologue

Et concrètement, en quoi consiste la mycologie ?

La mycologie n’est pas qu’une promenade en forêt. Pendant longtemps, le mycologue a essentiellement fait un travail d’inventaire et de classification : il a recueilli, observé, décrit, identifié, classé les espèces de champignons. Ces activités relèvent de la taxonomie - ou « taxinomie » -, théorie et pratique de la classification des organismes vivants. Actuellement, le mycologue étudie aussi le rôle essentiel que jouent les champignons dans la nature et les nombreuses interactions et associations des champignons entre eux et avec les autres êtres vivants.

Une fois nommée et classée, chaque espèce est précisément identifiée et située par rapport aux autres espèces et groupes d’espèces.

Pour cela, les noms d’espèces et les grades de la classification sont formés selon la nomenclature, une discipline qui définit le « droit botanique » et donne des règles précises pour décrire, nommer et classer une espèce. Ces règles, admises de tous, sont précisées par un code international, régulièrement actualisé lors de congrès mondiaux.

Pour être universelle, la nomenclature répond donc à une convention normée, et reconnue de tous les mycologues, le CIN – Le Code international de nomenclature pour les algues, les champignons et les plantes. Sa première version a été adoptée en 1867. Régulièrement révisé lors de congrès mondiaux, ce code a été actualisé à Melbourne en 2011, après l’abandon de la classification linnéenne, et l’adoption de la nouvelle classification phylogénétique.

La société mycologique de France

La société mycologique de France rassemble tous les mycologues de France et des pays francophones. Elle centralise les observations, études et données de ses membres, parmi lesquels des associations mycologiques et des laboratoires universitaires. Amateur ou professionnel, chacun est amené à participer à une meilleure connaissance des champignons.

Excursions guidées et encadrées, expositions et conférences, aides à la détermination, cours… la SMF organise de nombreuses animations pour faire connaître au plus grand nombre le monde des champignons. Les champignons vous passionnent, vous voulez développer vos connaissances ? Pour que chacun puisse participer à deux pas de chez lui, et apprendre toujours plus, contactez l’une des nombreuses associations locales qui sont membres de la SMF.

 

La place des champignons et des lichens parmi les vivants

Le rôle des champignons dans les écosystèmes 

Les usages des champignons et des lichens

Quelques chiffres

 

 

Remonter