Quelle plante carnivore contre les moustiques ?

Identifiez vous oucréez un compte pour pouvoir ajouter des documents à vos favoris

Si les plantes carnivores n’ont pas l’efficacité des plantes répulsives, elles peuvent toutefois constituer une protection décorative, originale et 100 % naturelle contre les insectes.

Quelle plante carnivore pour lutter contre les moustiques ?

Une consommation plutôt limitée

Fascinantes, les plantes carnivores sont souvent vues comme de grandes dévoreuses d’insectes, voire même d’animaux… Mais s’il est vrai que le Nepenthes rajah piège parfois de petits mammifères ou batraciens, les plantes carnivores se contentent de peu. Les quantités d’insectes ingérés sont vraiment petites, n’en déplaise parfois aux amateurs.

Les plantes carnivores trouvent dans leurs proies un complément nutritif. Grandissant dans des sols très pauvres, leurs besoins sont minimes. C’est d’ailleurs une erreur courante de la culture d’une plante carnivore : on croit qu’il faut les nourrir mais elles peuvent rapidement mourir à cause d’ excès.

Les plantes carnivores ne sont pas de grandes gourmandes : de temps en temps, elles ne croquent que quelques petits insectes qui passent par-là. Cultivées en pot ouvert ou en jardinière, elles sauront attraper les petits insectes qui volètent dans votre maison ou votre jardin. Si les moustiques passent par-là, ils n’ont qu’à bien se tenir.

Les espèces anti-moustiques

Toutes les espèces de plantes carnivores n’ont pas les mêmes proies : certaines préfèrent les protozoaires qui vivent dans l’eau – le Genlisea- tandis que les autres préfèrent les mouches – la Dionée.

La majorité des plantes carnivores apprécie toutefois les moustiques.

La plus connue est la fameuse Dionée ou Dionaea muscipula. Ses mâchoires aux lobes rougeoyant sont bordées de cils acérés comme des dents. Elles se referment sur les insectes qui viennent goûter à ce qu’ils croient être un nectar, pour les digérer ensuite.

Le Droséra est facile à cultiver. Moins spectaculaire que la Dionée, elle ressemble à une plante grasse, et piège ses proies par ses feuilles collantes, qui se replient ensuite sur elles-mêmes. Au printemps, ses fleurs ont de belles couleurs, qui varient suivant l’espèce. On en connait 188.

L’Aldrovanda vesiculosa est quant à elle une plante aquatique particulièrement friande de moustiques… mais difficile à cultiver.

Rare, elle pousse dans les marais des zones tropicales, dans le sud de l’Afrique, en Asie de l’Est, en Australie. Comme la Dionée, elle est pourvue de mâchoires. Elle se cultive en bassin intérieur ou extérieur, sous des températures clémentes.

Plus faciles à cultiver que la précédente, les utriculaires – du genre Utricularia- présentent également un intérêt esthétique, pour leurs très jolies fleurs jaunes. Aquatiques, elles piègent leurs proies par aspiration. C’est le piège le plus sophistiqué parmi les plantes carnivores. Si leur nourriture préférée est le zooplancton et les microalgues, elles s’attaquent aussi aux larves de moustiques : elles peuvent être utiles dans un bassin ou un plan d’eau apprécié des moustiques.

Moustiques et araignées, mouches et moucherons, fourmis… les plantes carnivores ont leur spécialité, et il existe un lien particulier entre les espèces et leurs proies : retrouvez tout sur les plantes carnivores et les insectes

 

Remonter