Pourquoi la biodiversité est-elle menacée ?

Il y a urgence ! Aujourd’hui, les espèces disparaissent mille fois plus rapidement que si leur disparition était naturelle : quelles sont les causes de ces disparitions massives ?

Le recul des milieux naturels

Depuis l’Homme, les populations aménagent leur environnement et en exploitent les ressources. L’urbanisation gagne du terrain, les méthodes de culture du sol et d’élevage changent, les paysages sont modifiés.

Ce phénomène se retrouve sur toute la planète. Les pays industrialisés modifient la nature en faisant grandir les villes, en dessinant des routes toujours plus importantes, en modifiant le terrain pour construire de nouvelles infrastructures. Des cours d’eau sont asséchés, des forêts sont détruites : les espèces qui y vivent sont de plus en plus menacées.

Encart : L’urbanisation du littoral méditerranéen : Le bassin méditerranéen est l’un des endroits les plus riches en biodiversité au monde : il rassemble 10 % des plantes connues, pour seulement 1,6 % de surface terrestre. Nombreuses de ces espèces sont menacées, notamment à cause d’une urbanisation massive du littoral. Chaque année, il accueille près de 32 % des touristes du monde entier. Destruction des milieux naturels, ouverture de carrières, épuisement des ressources en eau… l’urbanisation à un impact majeur sur le déclin de la biodiversité méditerranéenne.

La destruction d’écosystèmes n’est pas du seul fait de l’Homme. Les phénomènes naturels jouent aussi un rôle, comme les sécheresses, les inondations, les incendies, les fortes précipitations… La fragilisation « naturelle » du milieu reste toutefois aggravée par l’Homme : la déforestation, l’agriculture intensive, l’implantation de zones industrielles changent le territoire et le rendent plus sensible aux variations naturelles, notamment dans les pays en voie de développement.

La désertification de la zone du Sahel témoigne de l’impact de l’Homme sur le déclin de la biodiversité. Pour exploiter le bois exotique ou des ressources minières, mettre en place des modes d’agriculture intensive, les pays ont eu recours à la déforestation et au défrichage massif. Sans végétation, les espaces naturels s’érodent, se détériorent, et la terre devient stérile : le désert gagne désormais du terrain, et les populations locales n’ont plus de quoi subvenir à leurs besoins. Pour lutter contre la désertification, KBF s’engage aux côtés de 11 pays africains dans le projet de la Grande muraille verte.

L’exploitation des ressources naturelles et des matières premières

Comme dans le Sahel, les forêts tropicales du monde entier ont été exploitées pour leurs ressources en bois exotiques : non durable, elle n’a pas laissé le temps aux individus de repousser, détruisant des milliers d’espèces.

Extraction minière de plus en plus profonde – cuivre, or, étain -, agriculture intensive, surexploitation de l’eau participent à la destruction de l’équilibre du milieu, donc des espèces qui y vivent. La surpêche est également dénoncée, pour la destruction de la biodiversité marine, tant animale que végétale : non durables, les techniques de pêche intensive mettent en péril les espèces animales comme le thon, ou le cabillaud, tout en détruisant les fonds et les espèces végétales qui y vivent.

Les plantes invasives

Fragilisés, les écosystèmes se défendent mal contre une menace certaine, l’invasion de plantes exotiques. Transportées par les échanges mondiaux, certaines plantes colonisent un milieu dont elles ne sont pas originaires. Elles se développent au détriment des espèces autochtones, détruisant la biodiversité locale. Le milieu perd de sa spécificité, cela peut avoir un impact alimentaire notable, par la destruction des cultures locales.

La pollution et l’eutrophisation

L’urbanisation, l’industrialisation, l’agriculture, ou encore nos modes de vie peuvent être la cause de la pollution des milieux.

L’eau, l’air, la terre sont pollués de pesticides, métaux lourds, hydrocarbures, rejetés par les véhicules, les usines, ou encore les exploitations agricoles. Ils détruisent l’équilibre des écosystèmes, et tuent les espèces du milieu. Les substances polluantes s’intègrent à la chaine alimentaire, la pollution se transmet de micro-organismes en animaux, en passant par les plantes.

Comme l’équilibre du milieu, les cycles naturels sont modifiés, comme en témoigne l’eutrophisation des lacs, ou des régions côtières. Stimulé par un excès d’azote et de phosphore, l’apport en nutriments est trop élevé, et entraîne une prolifération d’algues et d’espèces aux besoins pauvres en oxygène. Elles finissent par étouffer les autres espèces.

Le changement climatique

Avec ou sans l’Homme, la planète connaît des changements climatiques, avec des variations importantes et durables. Le réchauffement climatique de la planète est aujourd’hui reconnu comme largement aggravé par les activités humaines.

L’industrialisation massive, l’utilisation d’énergies fossiles sont à l’origine de l’émission excessive de gaz à effet de serre. Ces derniers s’accumulent dans les couches inférieures de l’atmosphère, créant une « couverture » qui fait augmenter la température globale de la surface de la terre.

Températures en hausses, modification des courants thermiques, intensification de phénomènes climatiques en sont les conséquences directes. Alors qu’en situation « naturelle », le changement se ferait sur une période plus longue, la rapidité d’un réchauffement accéléré par l’Homme met en péril les espèces animales comme végétales, qui n’ont plus le temps de s’adapter.

Fragilisées, même les espèces les plus stables sont en danger. Pourquoi préserver la biodiversité ? Comment agir ? 

Inclure liste à puces avec l’ensemble des liens vers les niveaux 3 du même groupe


Pourquoi préserver la biodiversité est un enjeu planétaire?
Comment conserver la biodiversité ?
Quelle biodiversité pour demain?

 

Remonter