Les espèces végétales sont-elles mieux étudiées et protégées si elles sont agréables à regarder?

Y aurait-il, chez les plantes et les animaux, une dictature de la beauté, comme cela paraît être le cas chez les humains ?


Il y a quelques temps, mourrait le panda géant prêté par la Chine au Japon. Les chinois, soupçonnant une erreur médicale sur l’animal portent plainte contre le Japon. Il ne faut pas oublier que ce panda fait partie des 2 600 pandas en liberté dans le monde.
La presse a fait un large écho à cette information. Le panda, adorable animal, intéresse d’autant plus les amoureux de la nature, qu’il est la représentation d’une jolie peluche !



Mais combien d’espèces d’animaux et de végétaux sont en voie de disparition, simplement parce qu’ils n’ont pas la chance d’être beaux ou de nous plaire ?


Le journal « Conservation Biology » nous apprend dans des données récentes que les espèces les plus jolies et agréables sont aussi celles que nous protégeons le mieux et qui font l’objet d’études. Un vrai paradoxe si l’on sait que ces espèces ne sont pas vraiment essentielles à la préservation des écosystèmes, alors que nos petits « laissez- pour- compte » devraient être sauvegardés pour protéger la Biodiversité.

Décidément, la dictature de la beauté fait des ravages ! Prenez le temps de regarder ces espèces végétales : Rhizanthella gardneri, une orchidée souterraine d’Australie, Aloe pillansii d’Afrique du Sud ou encore le Rafflesia que vous pouvez voir ci-dessous. Vous constaterez qu’elles ne sont pas toujours très attirantes, mais qu’elles sont très curieuses et font partie de notre vie, de notre biodiversité. Alors n’oublions pas de considérer aussi la « biodiversité de l’ordinaire ».
 

Source LE MONDE MAGAZINE


biodiversité - plantes et espèces protégées

Rafflesia kerrii, une plante dépourvue de chlorophylle, parasite de certaines lianes. Seules ses fleurs sont visibles et peuvent atteindre le diamètre record de 90 cm de diamètre.
Elle est originaire de l’Asie du Sud Est (Malaisie, Thaïlande).


Tous les Clins d'oeil botaniques

Remonter