Les champignons et les lichens

Les champignons ont longtemps été considérés comme des « végétaux inférieurs », et classés parmi les « cryptogames », à côté des algues, des mousses et des fougères. Cette classification est obsolète : depuis une cinquantaine d’années, les champignons ont été définitivement séparés des autres groupes d’êtres vivants… Ni animaux, ni végétaux, qui sont-ils ? Vous allez tout savoir sur les champignons !

Macromycètes et micromycètes : l’organisme fongique 

Lorsqu’on parle de champignon, on pense à un pied charnu et à un joli chapeau rond… et pourtant, cette image ne concerne que les champignons que l’on appelait autrefois « supérieurs », avec un sporophore que l’on peut voir à l’œil nu.

Le champignon tel qu’on le connait habituellement n’est que la partie visible d’un organisme beaucoup plus discret, composé :

  • d’un sporophore, organe reproducteur visible à l’œil nu,
  • d’un mycélium, qui est le champignon lui-même, fait de filaments enfouis dans le substrat qu’il colonise.

Aux côtés des anciens « champignons supérieurs », actuels macromycètes, qui produisent des sporophores bien visibles, existent aussi les anciens « champignons inférieurs », levures et moisissures, actuels micromycètes, qui ne produisent pas d’organe reproducteur visible à l’œil nu.

Dans la classification linnéenne, les macromycètes étaient classés parmi les « végétaux inférieurs », dont la partie végétative est elle aussi un « thalle », non différencié en racines, tiges et feuilles comme elle l’est chez les anciens « végétaux supérieurs ». Pourquoi le champignon n’est-il pas alors un végétal ? 

En 1969, le botaniste américain Whittaker classe les champignons dans un règne à part, le règne fongique, celui des mycètes : à l’époque, c’est une nouveauté ! Depuis, ce point de vue a été universellement adopté, et les champignons sont définitivement séparés des végétaux et des animaux. À une différence près : dans la classification phylogénétique actuelle, on ne parle plus de « règne des champignons » mais de « clade des champignons ».

Le nom des champignons

Les scientifiques ont donné un nom unique à chaque champignon décrit et classé, alors que le langage vernaculaire nomme seulement les champignons les plus connus (et pas toujours de manière unique).

Le nom scientifique d’une espèce, compris et utilisé par les scientifiques du monde entier, est normalisé. Il est rédigé en latin (ou en langage latinisé), et il est composé par un nom de genre, suivi du nom d’espèce, puis du nom de l’auteur lorsqu’il est utile de le préciser.

Le nom vernaculaire est parfois une traduction plus ou moins fidèle du nom latin, citant le genre et l’espèce, sinon c’est un nom traditionnel, par exemple « cèpe », « bolet », « cèpe de Bordeaux ».

De nombreux noms vernaculaires sont collectifs (pas tous : « oronge », ou « Amanite des Césars » ne désigne qu’une seule espèce, Amanita caesarea) et ils changent souvent d’une région à une autre, avec de nombreuses confusions et imprécisions. Ainsi, la Lépiote élevée porte une centaine de noms différents d’une région française à une autre et certains de ces noms - comme « coulemelle »- peuvent localement désigner des espèces qui ne sont même pas des lépiotes.

Aujourd’hui, on considère qu’il existe au moins 1,5 millions d’espèces de champignons sur la planète, et probablement 30 000 en France métropolitaine. Entre les pays, les régions et les langues, comment parvenir à bien les identifier ? Le nom scientifique a l’intérêt de permettre l’identification du champignon quels que soient son nom vernaculaire, son origine géographique ou culturelle… c’est celui dont se servent les mycologues dans le référencement et le classement : au fait, qu’est-ce que la mycologie ?

Rôle et usage : que font les champignons ?

Comme tous les organismes vivants, les champignons et lichens jouent un rôle essentiel dans la nature, dans l’équilibre des milieux. Ils interagissent avec les sols, les végétaux et les animaux : retrouvez tout sur le rôle des champignons et des lichens dans la nature 

L’homme a lui-même trouvé aux champignons de nombreux usages, et depuis toujours. Des médecines traditionnelles du monde entier à l’industrie aujourd’hui, le champignon a su se faire indispensable. Parfums, teintures, médicaments… retrouvez tout sur les usages des champignons !

 

Les champignons en quelques chiffres

 

 

Remonter