Le rôle des champignons et des lichens dans les écosystèmes

En balade dans la nature, on les remarque à peine… les champignons et les lichens jouent pourtant un rôle majeur pour les écosystèmes : en réseaux avec les animaux, le sol et les plantes, ils sont indispensables à l’équilibre biologique des écosystèmes naturels.

Les champignons et les sols

Les sols sont des milieux vivants, d’une extraordinaire complexité, dont les champignons sont un des constituants essentiels : ils participent à la formation des sols, et ils sont indispensables, directement ou indirectement, à leur équilibre biologique et à toute la vie qu’ils portent.

Les champignons jouent notamment le rôle d’« éboueurs » de la nature, et, travaillent avec les bactéries et les animaux microscopiques du sol – ou « microfaune » - pour décomposer les déchets végétaux, et créer ainsi l’humus : ce sol est vivant, riche en matières organiques et en éléments chimiques essentiels pour les organismes qu’il contient ou qu’il porte.

Sans champignon, pas de végétaux, ni d’animaux !

Les champignons décomposeurs - aussi appelés « saprotrophes » - émettent à travers les parois de leurs cellules des enzymes qui dégradent les matières organiques mortes, puis absorbent les molécules assimilables issues de cette dégradation.

Les décomposeurs des bois morts sont souvent spécialisés : ceux qui ne décomposent que les celluloses causent la « pourriture cubique », ou « pourriture brune », et ceux qui décomposent à la fois les celluloses et les lignines causent la « pourriture fibreuse », ou « pourriture blanche ». Ces restes de bois sont incorporés à l’humus, dont ils augmentent les capacités de rétention de l’eau, avant d’être totalement décomposés en quelques années.

Sans les champignons, les bois et feuilles mortes continuerait à s’accumuler sans se détruire !

Les lichens favorisent quant à eux l’installation d’autres vivants – bactéries, champignons, mousses, microfaune… - en libérant des minéraux et en constituant puis accumulant de la matière organique. Ils sont parmi les premiers maillons de la longue chaîne alimentaire du monde des vivants.

Les champignons et les végétaux

De nombreux champignons, qui ne sont ni décomposeurs ni parasites, vivent en symbiose avec les plantes. Contrairement au parasitisme, la symbiose est une relation de partenariat « gagnant-gagnant », ou les partenaires s’apportent mutuellement des services indispensables à chacun d’eux.

Il existe 3 formes de symbiose entre les champignons et les végétaux

  • La symbiose mycorhizienne : Le champignon entoure l’extrémité des radicelles des plantes, en pénétrant parfois dans leurs tissus. Il fournit à son hôte de l’eau et des sels minéraux de manière plus efficace que si la plante devait les puiser seule dans le sol. En retour, la plante lui fournit des glucides, produits par photosynthèse. Plus de 80% des plantes sont ainsi mycorhizées. Parmi les champignons formant des mycorhizes, certains sont liés aux arbres : bolets, girolles, truffes.
  • L’endosymbiose : Le mycélium du champignon se développe à l’intérieur de la plante, sans lui porter préjudice mais en la renforçant et en la protégeant par les toxines qu’il produit.
  • La symbiose lichénique : La symbiose lichénique est une étroite association entre un champignon et une algue, aboutissant à la formation du lichen.

Les champignons et les animaux

Les champignons sont une ressource nutritive pour certains animaux.

Il a été observé que certaines espèces de fourmis et de termites de zones tropicales cultivent leurs propres champignons, en champignonnière sur les débris végétaux qu’ils renouvellent. Ces champignons ne vivent qu’au sein des fourmilières ou termitières, et fournissent la source alimentaire exclusive pour ces espèces.

Dans nos régions, les champignons nourrissent occasionnellement de nombreux animaux de la faune - sangliers, chevreuils, cerfs, blaireaux… - ou de la microfaune des sols : coléoptères - dont certains bousiers- , limaces et escargots, lombrics, larves de diptères - les « vers » que l’on trouve dans les sporophores- , nématodes, fourmis, etc. Certains collemboles, minuscules animaux du sol proches des insectes, se nourrissent exclusivement de champignons.

De la même manière, les lichens sont connus pour nourrir les rennes, ou encore les caribous, dans les pays les plus froids.

En hiver, alors que la végétation est très appauvrie, seul le lichen résiste au climat. Il constitue alors 90 % du régime alimentaire de ces animaux. Le champignon qui le constitue fourni les sels minéraux qu’il libère de la roche ou du sol, et produit les vitamines B, et l’algue ou la cyanobactérie en symbiose fournit de la vitamine C et quelques sucres.

Désormais, vous regarderez le lichen d’un autre œil…

 

La place des champignons et des lichens parmi les vivants

Les usages des champignons et des lichens

Qu'est-ce que la mycologie ? 

Quelques chiffres

 

 

Remonter