Des nouvelles du Jardin des Nymphes, projet lauréat Botany for Change 2018

Initié par Klorane Botanical Foundation, le prix Botany for Change est un concours destiné aux étudiants en botanique, horticulture, architecture et paysage. Chaque année, les participants doivent imaginer le Jardin urbain de demain, un projet de végétalisation urbaine remettant le végétal au cœur de nos vies et de nos villes.

En 2018, le projet « Jardin des Nymphes » imaginé pour la ville de Marseille par Mathilde Clément et Nicolas Delporte, a su séduire le jury du prix Botany for Change.

Qu’est devenu le "Jardin des Nymphes" ?

Nicolas Delporte, l’un de ses créateurs est revenu sur les lieux un an plus tard, pour voir l’évolution de son projet "Jardin des Nymphes".
L’occasion de mener un atelier avec les jardiniers du Service Espace Vert de Marseille.

Basé sur la valorisation de la biodiversité méditerranéenne, ce jardin revêt une forte dimension écologique car il utilise un système ingénieux de cuvettes pour limiter l’arrosage et les pertes en eau. 


Implanté dans le Parc balnéaire du Prado de Marseille, le "Jardin des Nymphes" permet de sensibiliser le public à la richesse de cette biodiversité qu’il faut à tout prix préserver.

Observer en continu et transmettre les connaissances du concepteur du Jardin

Pour garantir la pérennité du "Jardin des Nymphes" et assurer la mission de Transmission de la Fondation, trois interventions de terrain auront lieu cette année.

Pour le premier rendez-vous, le mardi 9 avril 2019, les jardiniers et techniciens du Service Espace Vert de Marseille, ayant la charge d’entretenir le jardin, se sont réunis pour participer à l'atelier mené par Nicolas Delporte. 

Un premier constat positif et des pistes d’amélioration 

Ce premier atelier a été très bénéfique et a permis de conclure que le choix de la palette végétale (plantes robustes et adaptées au climat) et du système de cuvettes étaient judicieux : 

  • Les végétaux plantés sont volumineux et vigoureux, et certains commencent même à se ressemer de manière spontanée (lavandes, euphorbes…). 

 

  • Une faune variée a pu être observée (oiseaux, lézards, abeilles, coccinelles…). 

 

  • Le jardinier chargé de l’arrosage a été surpris de la faible fréquence à laquelle il a dû arroser le jardin. 

 

  • Enfin, le désherbage s’avère chronophage, notamment à cause du liseron qui envahit certaines parties du jardin. 

 

Nicolas Delporte a salué l’adaptabilité, l’assiduité et le beau travail effectué par l’équipe du Service Espace Vert de Marseille.

 

 

Le programme des prochains ateliers et la suite du travail des jardiniers consistera à améliorer les techniques de désherbage (avec une aération et un drainage des sols à l’aide de sable, ainsi que l’utilisation d’outils adaptés) ; préparer le jardin à la sécheresse estivale ; et faire des choix quant aux plantes à remplacer.

A l’étude également, un nouveau système d’étiquetage des plantes pour satisfaire la demande d’un public curieux…

 

 

 

Pour aller plus loin...

Projet

Prix Botany for Change : imaginer le Jardin urbain de demain

Un concours pour végétaliser la ville avec des étudiants passionnés, sur le...

Découvrir
Remonter