Dionaea muscipula

Identifiez vous oucréez un compte pour pouvoir ajouter des documents à vos favoris

Communément appelée « dionée », ou « attrape-mouche de Vénus », la Dionaea muscipula est l’une des plantes carnivores les plus connues, en raison de sa mâchoire rouge vif qui se referme sur ses proies.

Description botanique

De la famille des Droseraceae, la dionée est une petite plante vivace d’environ 10 cm, facilement reconnaissable aux lobes de ses feuilles, en forme de mâchoire d’un rouge éclatant. Bordée de longs cils ou « soies », la mâchoire est comme pourvue de longues dents : c’est un piège redoutable.

Parmi les espèces représentatives des plantes carnivores, la dionée est typique des plantes à piège à loup ou à mâchoire. Attirés par la belle couleur des lobes et par la douce odeur du nectar de la plante, les insectes se laissent prendre au piège : les poils sensibles détectent la proie et la mâchoire se referme aussitôt. Les cils s’entrecroisent, l’insecte ne peut plus s’enfuir.

Au printemps, la plante se pare de petites fleurs blanches, les hampes mesurent de 20 à 40 cm de haut.

Habitat naturel

De manière exclusive, la dionée vit dans les tourbières humides de Caroline du Nord et du Sud, aux Etats-Unis. Le climat subtropical est celui qui lui convient le mieux, même si elle peut parfois se satisfaire d’un climat tempéré, à condition que l’air soit assez humide. On la trouve parfois dans les jardineries, pour une culture de loisir, à domicile. Celle-ci demande alors à être en extérieur, pour avoir un apport en insectes suffisants et doit avoir suffisamment de chaleur et d’humidité.

Un peu d’histoire

Dionaea muscipula fut découverte en 1759 par A.Dobbs, alors gouverneur de Caroline du Nord. C’est en observant sa technique de chasse qu’il lui donna le nom de « plante carnivore », nommant alors toute une catégorie (plutôt que l’espèce seule).

La dionée fut historiquement la première des plantes carnivores connue. Des spécimens furent envoyés au botaniste anglais J.Ellis. En 1768, ce dernier la nomma ainsi en hommage à la beauté de sa couleur rouge : « Dionée » est l’un des noms de Vénus, la déesse de l’amour.

Depuis, l’espèce est menacée dans son milieu naturel. Les principales menaces à sa survie sont :

  • Les incendies de forêt, ravageant plusieurs milliers d’hectares de biodiversité
  • Le recul des tourbières et de leur biodiversité, par l’aménagement du territoire et urbanisation,
  • Les collectes sauvages, pour le commerce international et les collectionneurs.
  • La pollution du milieu. Hormis les sols et l’eau, les insectes ingérés par la plante deviennent eux-mêmes une menace : contaminés par des métaux-lourds, ils contaminent eux-mêmes la plante.

A ce titre, la dionée est inscrite en annexe II de la CITES, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction. Elle compte aussi parmi la liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature) cotée comme « rare » et « en danger » pour les Etats-Unis.

 

Découvrir d'autres espèces :

 

Remonter