Comment s’occuper d’une plante carnivore ?

Identifiez vous oucréez un compte pour pouvoir ajouter des documents à vos favoris

Assez répandue, la culture des plantes carnivores reste exigeante surtout sous nos climats tempérés. Sol, température, lumière, humidité… le tout est de connaitre et suivre les bonnes pratiques.

Un équilibre fragile à respecter

Quelle que soit son espèce, la plante carnivore est issue d’un milieu bien spécifique : l’Heliamphora ne pousse que sur les tepuys d’Amérique centrale, entre Guyana et Venezuela, tandis que le Darlingtonia ne se croise que dans les marécages du nord de la Californie. Chaque espèce a ses propres exigences.  Pour la cultiver, il est important de bien connaître son milieu d’origine.

Dans l’équilibre de la plante, la lumière joue un rôle majeur. Le plus souvent, elles ont besoin d'une lumière naturelle, bien exposée, mais pas trop chaude : attention au soleil direct, derrière une vitre. Un milieu chaud et humide serait l’idéal. Cette exigence rend la culture en extérieur généralement difficile selon l’espèce choisie. Même si ce sont des plantes souvent tropicales, les plantes carnivores n’apprécient pas vraiment nos chauffages domestiques. Ils assèchent l’air, et brulent la plante.

Les plantes carnivores préfèrent donc être en intérieur, avec suffisamment de lumière, et d’humidité : l’humidité de l’air est un facteur essentiel au bon équilibre de votre plante. Courants d’air, vent, chauffages soufflants sont les ennemis des plantes carnivores ! Et comme dans les milieux tropicaux, les taux d’humidité et la température doivent être à peu près constant, sans variation d’une saison à l’autre. Et concrètement, comment assurer toutes ces conditions ?

La culture et l’entretien au quotidien

Au quotidien, certaines habitudes vous permettront de cultiver une plante carnivore en pleine santé.

Comment bien l’installer à domicile ?

La plupart des espèces préfèreront grandir en intérieur. Il vous faut donc trouver un endroit lumineux, sans lumière directe, à l’abri du chauffage et des courants d’air. Une salle de bain bien exposée pourrait être une serre botanique idéale, pour la chaleur et l’humidité qu’elle apporte à la plante.

La culture en mini-serre ou en terrarium est aussi intéressante : elle permet de maintenir un microclimat assez constant et de maintenir un bon équilibre entre chaleur, lumière et humidité. Pour cela, vous pouvez l’installer dans un simple aquarium assez vaste, avec un sol composé de tourbe et d’un peu de sable non calcaire, pour un bon drainage.

En terrarium, l’humidité qui s’échappe du sol s’évapore dans l’air, pour maintenir un milieu humide. Pour une culture en pot, l’eau récupérée dans la coupelle ne doit pas stagner : si la plante doit être toujours humide, un sol détrempé la ferait pourrir. Pensez donc à arroser votre plante très régulièrement avec de l’eau de pluie ou de l’eau déminéralisée, pour éviter tout calcaire. En été, si l’air est trop chaud, pulvérisez un peu d’eau sur les feuilles de la plante. Vous pouvez aussi la débarasser de ses feuilles mortes, pour éviter qu’elles ne moisissent, mais nul besoin de tailler la plante : vous pourriez la blesser inutilement. Lutter contre la moisissure est aussi un bon moyen de lutter contre les parasites et les maladies, qui eux-aussi aiment la chaleur et l’humidité.

Aérez la pièce de temps en temps, en protégeant votre plante des courants d’air et des coups de froids.

L’important est de sortir la plante d’un milieu trop confiné. Les bonnes habitudes viennent vite : restez attentifs, vous connaîtrez bientôt les besoins de votre plante. Nutrition, sol et substrat, rempotage… retrouvez tout l’entretien des plantes carnivores, dans le détail 

 

 

Remonter